Forum Rpg - Uniquement Yuri - NC-18
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Pandore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Pandore    Mer 16 Oct - 12:35



FICHE DE PRESENTATION
Prénom▬ Pandore
Âge ▬ Aussi vieille que la Vie et la Mort.
Groupe  ▬ Déesses
Pouvoir  ▬ Contrôle de la Maladie. En somme, elle peut faire tomber malade ou bien retirer le mal. Son pouvoir prend la forme de papillons s'échappant de sa peau, en temps normal invisibles. Cependant, sur l'île de Gynécée, les humains peuvent les voir.
Description physique
Pandore n'est pas la déesse que l'on apprécie le plus croiser. Sombre, elle transporte avec elle une aura de malaise. Si sa physionomie lui donne des airs de bête sauvage et malingre, elle n'en demeure pas moins belle. Détentrice d'une beauté morbide, étrange, la beauté de la fragilité vacillante. Celle qui semble éphémère et qui risque à tout moment de disparaitre dans le trépas.

Son corps décharné se déplace avec lenteur lorsque ses pas légers lui donnent l'impression de flotter dans les airs. Pandore est maigre, possédant bien peu de formes, celles-ci discrètes. Bien que ses membres semblent longs du fait de leur finesse, la déesse est de petite stature, sa taille avoisinant le mètre cinquante-six. Des airs de petite chose à soigner, elle n'en fait pas moins frémir. Sa peau si douce, froide au toucher mais capable de devenir aussi brûlante qu'une fièvre, est d'une pâleur oscillant entre le bleuté et le verdâtre, épiderme scindé par quelques marques rouges à différent endroits de son corps, plus ou moins visibles selon son degré d'énergie. Ses cheveux de jais sont coupés courts, désordonnés, comme si Pandore les avait tranchés elle-même au couteau. Les mèches fines et douces encadrent son visage respirant la nonchalance de l'ennui. La déesse n'est pas souriante et il est rare que ses lèvres roses timides s'étirent. Son faciès donne l'impression d'être figé, à la manière d'une sculpture, ses traits, cependant, bien loin d'être grossiers, sont d'une finesse et d'un détail aux angles précis.

On croirait la déesse épuisée, avec ses beaux yeux cernés de noir. En effet, le fait d'être la Maladie la ronge, de ce fait, elle possède un besoin constant en énergie. Certains racontent que lorsque ses yeux gris acier virent au rouge intense, il ne vaut mieux pas se trouver dans son champ de vision. Cependant, sa gestuelle reste toujours à la fois terriblement douce et odieusement cruelle.

Humaines, frissonnez d'admiration et d'effroi.
La Maladie avance.
Description psychologique
Pandore ne craint que peu de choses. Distante de ce qui peu bien l'entourer, la déesse évolue dans sa vision sombre du monde. Parlant peu, parlant distraitement, la déesse ne prend pas attention de la manière dont ses propos peuvent être interprétés. De toute façon, s'exprimer l'ennuie trop pour se donner la peine de s'expliquer clairement. Pandore ne comprend pas les sentiments d'autrui ni la façon dont ils peuvent être blessés, alors, elle ne se soucie guère de son comportement. Elle ne se corrige que sous les réprimandes des seules Déesses possédant son respect. Puisqu'en effet, Pandore se plait à suivre les personnes, plutôt passive et spectatrice. Seulement, elle ne marche pas dans les pas de n'importe qui. Presque hautaine, c'est avec dédain qu'elle écarte ceux qui ne l'intéressent pas d'un geste vague de la main. Son manque d'empathie est tel que l'on pourrait la trouver cruelle, parfaitement à raison. Le Bien le Mal ne sont que des notions abstraites à ses yeux puisqu'il n'existe pour elle que : l'ennui. L'une de ces fameuses choses que la brune redoute. Alors, tous les moyens sont bons pour éviter cette fâcheuse sensation. Négligeant ceux qui se trouveront écrasés pour son occupation, dans un égoïsme le plus total. Si sa physionomie humaine donne un âge raisonnable, son comportement en revanche fait penser à celui d'une jeune enfant. Elle n'a pas le désir de faire souffrir par simple sadisme. Ni celui du malheur sur autrui. Pandore n'est qu'ignorance, d'une tyrannique innocence. Ses grands yeux fatigués se teinteront d'incompréhension face à la peine qu'elle pourrait infliger avant d'oublier, rapidement, cet incident lassant. Quand la Maladie frappe, elle le fait sans concession ni culpabilité. Durement, terriblement. Presque au hasard.
 
Infantile, comme sa nature contemplative; il arrive à Pandore de se figer pour observer des choses parfois anodines, toujours de son regard profondément ennuyé. Si la déesse n'apprécie pas l'ennui, elle est cependant victime d'une paresse sans bornes. Elle n'est pas satisfaite lorsqu'elle s'ennuie mais madame n'a pas envie de donner de grands efforts pour en sortir. Pandore préfère qu'on vienne la trouver, qu'on l'occupe mais, sans se donner la moindre peine. Ajouté à son énergie perpétuellement drainé par son pouvoir, il n'est pas rare de la savoir languir entre ses draps ni de la voir se lever excessivement tard.

Cruellement caressante sous ses airs de sombre candeur, Pandore porte le masque de l'ingénue sensuelle. La Maladie enserre entre ses bras maigres et étouffe insidieusement. Pandore aime les peaux brûlantes de fièvre, les voix gémissantes déchirées par une toux douloureuse. La déesse possède le gout du défaut ou du moins, ce qui en temps normal serait considéré comme disgracieux. Sur Gynécée où les offrandes sont sélectionnées pour leur beauté divine, Pandore est frustrée. Elle s'en retrouve à chercher les imperfections chez celles que l'on estime d'une magnificence absolue. Cette préférence la pousse à ce qui pourrait s'apparenter une tendance à l'humiliation d'autrui. Malheureusement, elle reste consciente du rôle des déesses et du pourquoi des offrandes qu'elle doit éviter d'abîmer. Alors, Pandore est obligée de contenir ses ardeurs, tandis qu'elle les trouve parfaitement justifiées. Pour elle, la vraie beauté est celle pour qui les atrocités sont pleinement assumés et transformés en splendeur sacrée.

Plus Pandore cherche, plus le temps est long. Mais, elle espère sincèrement le jour où elle se fera comprendre sans pour autant qu'on la juge monstrueuse. En attendant ...

La Maladie somnole.
Histoire
Sa peau frémissait lorsque ses pieds nus entraient en contact avec la terre froide gorgée de sang. La bataille avait été rude, comme toutes les batailles. Pandore ne l'avait qu'à peine couvé de son regard, ce n'était pas ce qui l'amusait. C'était lorsque les armes retombaient, que le silence revenait,  quand les corbeaux et les loups allaient se nourrir des chairs mortes qu'elle entrait en scène. Ses pas dansaient; il était l'heure, son heure. Celui que les pauvres mortels redoutaient, dans l'ombre de la Guerre et précédant la Mort. Les villages autour tremblaient déjà en tentant de brûler les cadavres mais, elle était déjà là. A la manière du corbeau picorant le corps du défunt soldat, elle entaillerait les populations, avant de les laisser se faire faucher par son autre sœur. L'épidémie se répandrait, avec ses vices, frappant à l'aveugle, cruellement. L'innocent n'en sera protégé, l'enfant n'y survivra pas. Ni les prières, ni la bonté ne pourra sauver qui que ce soit.

Monstre dont la silhouette guettait les santés faibles , Pandore glissait entre les morts oubliés, marchant vers les premières habitations. L'odeur des corps brûlés emplissait déjà l'air, étouffante. La déesse tendit les bras, offrant son visage au ciel. Celui-ci était ironiquement beau. Comme si la misère et la menace n'inquiétait nullement les nuages qui se riaient de l'Humanité en lui offrant un beau spectacle qu'ils ne pouvaient prendre le temps d'admirer. Les papillons sombres gangrenèrent progressivement la peau de la déesse puis s'en échappèrent s'envolant dans le ciel en une nuée noire que les humains ne pourraient voir. Pandore fut parcourue d'un frisson glacé puis, elle se laissa glisser sur le dos, à terre. Elle ne faisait que lancer l'épidémie qui grandirait seule, comme à chaque fois, souillant les vies vicieusement. Un faible sourire s'étirait sur les fines lèvres de la Déesse. Elle riait silencieusement de sa perversion dégoutante qui l'épuisait mais la satisfaisait en même temps. Pandore inspira profondément puis soupira d'aise, une humidité froide envahissant sa personne. La Déesse savait qu'elle se redresserait plus tard et ramperait jusqu'à une demoiselle clouée au lit par la maladie et l'utiliserai pour récupérer ses forces. Ce serait si bon.

Pandore se mordit la lèvre tandis que ses paupières s'ouvraient, le regard perdu dans les voiles sombres perchés au-dessus de son lit spacieux. Elle laissa retomber sa tête sur le côté dans les épais coussin tandis qu'elle se réveillait et réalisait. Cette époque où elle pouvait librement étouffer les humains était révolue depuis longtemps. La déesse fit glisser ses doigts osseux sur le drap fin qui couvrait à peine sa silhouette fantomatique et ses discrètes formes nues. La pensée que le soleil devait déjà se trouver haut dans le ciel acheva de retirer toute envie de se lever. Pandore se tourna pour s'allonger sur le ventre, lentement, et cambra son dos, relevant un instant ses fesses dans un faible étirement avant de retomber en silence contre le matelas froid quand bien même elle y avait passé des heures à s'y frotter. Elle rabattit son bras droit sur son visage, le couvrant.

Pandore avait rejoint l'île de Gynécée pareillement à ses sœurs. Seulement, elle ne s'y plaisait pas. L'oisiveté sans frapper l'ennuyait. Elle devait tenir ses engagements faces aux offrandes, dès lors, la déesse n'avait plus le droit de répandre les maladies comme dans le passé. C'était tout juste si on la quémandait pour retirer quelques misérables toux dérangeantes.

Affligeant.  

Si d'un côté la déesse était heureuse de se trouver en compagnie de ses sœurs, elle se sentait s'enliser dans l'inactivité la plus assommante qui soit. Parfois, elle se laissait aller à couvrir le corps d'une courtisane de fièvre pour s'y coller. Malheureusement, ses papillons étaient à la vue de tous en ces lieux saints et était consciente que si elle était prise trop souvent à son petit jeu, elle serait sûrement réprimandée. Une moue se dessina sensiblement sur ses traits tandis qu'elle se redressait en prenant appui sur ses bras. Pandore en avait assez d'être allongée. Elle repoussa le draps soyeux, dévoilant son corps mince aux portes de la maigreur pure et se leva en prenant son temps. D'une main, elle passa ses doigts dans ses cheveux sombres. La déesse n'ouvrit pas les volets, laissant sciemment sa chambre dans la plus grande obscurité, la lumière l'agresserait déjà bien assez tôt.

« Quel silence ... »souffla-t-elle d'un ton ennuyé.

Soudainement, les servantes jaillirent dans la pièce, comme répondant à un signal. Sans doute, cela faisait-il des heures qu'elles attendaient derrière les portes que la Déesse ne lâche une parole signifiant qu'elle pourraient entrer. Pandore les laissa s'occuper d'elle d'un regard morne. Pas une n'osa s'approcher des fenêtres avant que la déesse ne daigne faire un vague geste mou de la main vers l'une d'elle. Les rayons lumineux s'attaquèrent à chaque parcelle de la chambre et rampèrent sur la peau pâle de la brune qui frémit de dégout en détournant soigneusement la tête. Elle devait aller se laver et finir de se préparer.

Ses sœurs devaient sans doute l'attendre.

Derrière l'écran
Prénom ou/ Pseudo ▬ You
Âge  ▬ 20 ans
Sexe  ▬ Féminin
Comment avez-vous connu le forum  ▬ De partenariat en partenariat
Que pensez-vous du forum? ▬ Très joli forum au contexte sympathique.



Dernière édition par Pandore le Dim 20 Oct - 14:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nena

avatar


Mon Petit Carnet
Mes Caractéristiques :
Mes Mémoires :
Mes Relations :

MessageSujet: Re: Pandore    Mer 16 Oct - 14:03

Bienvenue parmi nous !

Bon courage pour ta fiche mais ton personnage me plait beaucoup !:0010: 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pandore    Dim 20 Oct - 14:16

Merci beaucoup ♥
C'est normalement terminé. J'espère ne pas avoir fait d'erreurs contextuelles et que tout est en ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Fleur

avatar


Mon Petit Carnet
Mes Caractéristiques :
Mes Mémoires :
Mes Relations :

MessageSujet: Re: Pandore    Dim 20 Oct - 14:24

Bienvenue! Une bien belle écriture. :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pandore    Dim 20 Oct - 14:27

Merci, merci beaucoup :)
Revenir en haut Aller en bas
Déesse du Monde

avatar


Mon Petit Carnet
Mes Caractéristiques :
Mes Mémoires :
Mes Relations :

MessageSujet: Re: Pandore    Dim 27 Oct - 8:29

Bonjour et bienvenue sur Gynécée !

Désolée pour l'attente, c'est une très belle fiche, je te valide !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pandore    Mar 29 Oct - 11:12

Aucun souci ♥

Merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pandore    

Revenir en haut Aller en bas
 

Pandore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Moto3] La boite de Pandore ?
» Brave Pandore
» Présentation de Pandore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gynécée :: PRÉAMBULE :: LE RÉPERTOIRE DES FICHES :: Membres effacés-